AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Nous vous rappelons que les rp doivent faire 10lignes complètes, les mini-rp 5 lignes complètes + discours et qu'on ne poste
pas des messages incomplets ([en cours]) dans les zones rp. N'oubliez pas de poster un message si vous devez vous absenter.
Ouverture officielle du forum, aujourd'hui 8.11.2013! Toutes les fonctionnalités du forum sont disponibles!
Pensez à lire fréquemment les diverses annonces du staff, dont le règlement. Ils sont irrégulièrement mis à jour.
Nous n'acceptons plus les chats en familiers des élèves, les garous, les animagus dès la présentation ainsi que
les métamorphomages. On vous remercie d'avance pour votre compréhension. Pour plus d'information, consultez le staff.
Inscrivez-vous avec des pseudos CORRECTS, respectant le règlement du forum
à risque de voir vos comptes supprimés ! On vous remercie d'avance.
On a besoin de moldus, professeurs, commerçants et autres. Même si ce forum est quasiment centré sur Poudlard, il n'y a pas que des
élèves. N'hésitez pas à incarner AUTRE chose. Créatures fantastiques autorisées dans les limites
de cet univers (se référer à la fiche sur les créatures magiques) .
Souhaitez-vous aider notre communauté ?
Et bien, c'est très simple ! Vous pouvez Like notre page Facebook, voter sur nos top-sites ainsi que dans les annuaires (BBBA) se trouvant
sur la page d'accueil mais vous pouvez aussi contribuer à notre développement en achetant des crédits. Vous avez juste à envoyer un petit
sms~♪ Vous trouverez plus d'informations ICI dans cette rubrique. On vous remercie d'avance ♥️

Nous sommes actuellement en Dans la période de Mars 2016 à fin Mai 2016 !
La fiche Annexe des Nightmares a été mise en ligne !
N'hésitez pas à y jeter un coup d’œil et à nous contacter si besoin d'infos !
Nous avons besoin de vous !

Partagez | 
 
 Le théâtre, c’est la poésie qui sort du livre pour descendre dans la rue ! (PV Tom)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alouarn Grimgorson
avatar
Professeur de l'Histoire de la Magie

Afficher infos

Messages : 779
Date d'inscription : 19/07/2015
Âge : 36

Dossier
Statut Statut: Professeur d'Histoire de la Magie
Argent Argent: 7164 gallions
Points Points: 1675

MessageSujet: Le théâtre, c’est la poésie qui sort du livre pour descendre dans la rue ! (PV Tom)   Lun 26 Mar 2018 - 12:47



Le théâtre, c’est la poésie qui sort du livre pour descendre dans la rue !

feat. Tom Trelawney



« La magie n’opère que si l’on veut bien consentir à se laisser emporter par Elle. »
J.R.R. Tolkien.

Décembre 2015 : première semaine.

Je n’avais pu assister au début de cette année scolaire.
Linus avait insisté grandement pour que je fasse une « cure » (je ne savais pas trop comment appelé ce moment passé à Sainte-Mangouste) pour me remettre d’aplombs. J’avais plus ou moins eu des difficultés à gérer ma propre personne. J’avais eu honte, tellement honte, et je n’avais pas osé demander de l’aide à ma famille. Pourtant, cette dernière ne demandait que ça : m’aider.
Mais je ne m’étendrais pas sur ce sujet aujourd’hui.

Me voilà de retour à Poudlard.
En bonne et due forme. Une nouvelle année scolaire commençait, même si j’étais quelque peu à la bourre par rapport à un grand nombre de personnages vivant dans le château une bonne partie de l’année. Linus avait eu du mal à me faire comprendre que ce n’était pas grave. Mieux valait-il que j’arrive en pleines possessions de mes moyens, plutôt que de couler une nouvelle fois.

Je m’étais installé dans mes quartiers le matin même.
Mon premier cours avait lieu le lendemain, première heure de la matinée. J’avais pris le temps de remettre un peu d’ordre dans mes affaires. Radis, l’elfe de maison qui m’avait pris sous son aile, avait pris soin de mon bureau et de ma salle de cours durant mon absence. Il savait ô combien je détestais la poussière.

Tobby m’avait aidé à porter mes affaires. Bon, à vrai dire, comme je n’avais toujours pas le droit de transplaner tout seul, mieux valait-il qu’il m’accompagne. Après s’être assuré que tout allait bien et que j’étais de retour dans mon élément, il prit congé. J’avoue que je ne me rappelle pas vraiment de quand il était parti, bien trop occupé à ranger mes affaires scolaires.

Radis me fit comprendre qu’il était temps que je me dirige vers la Grande Salle si je voulais avoir le temps de manger avant que ses camarades ne viennent débarrasser le tout. J’avais promis à papa et Linus de ne pas me couper du monde. Et il était donc important que je me rende dans un lieu commun. Je ne fus pas très bavard durant le repas. Je saluais rapidement de la tête certains professeurs, quelques fantômes, et vaguement des élèves.

Sur le chemin du retour, je pris le temps de discuter avec certains personnages des tableaux. Au détour d’un couloir, je vins me confronter à un fantôme et un tableau qui débattaient sur un événement moyenâgeux, perdu depuis bien longtemps dans le labyrinthe de l’oubli. Etant professeur d’histoire de la magie (enfin, je devrais plutôt dire : étant un étudiant éternel en histoire), je voulus prendre part au débat : ils furent heureux d’avoir un troisième parti. La discussion prit alors fin lorsque le personnage du tableau disparu, vexé par une remarque du fantôme, et que le fantôme, outré que le personnage du tableau soit parti sans mot dire, se décida à prendre le mur. Je me retrouvais alors complètement seul dans le couloir.

Je sortis ma montre à gousset. C’est maman qui me l’avait offerte. Elle ressemblait grandement à celle du lapin blanc, dans Alice au Pays des Merveilles. Papa me l’avait ensorcelé pour que je puisse l’utiliser à l’école. Elle était fort pratique. Vingt-et-une heures. Il était grand temps que j’aille répéter pour mon cours de demain. J’étais assez angoissé à l’idée de me retrouver devant les élèves. Non pas que je ne connaissais pas mon cours mais… Et s’ils me jugeaient ? Je secouais la tête. Linus m’avait bien fait comprendre que c’était un des grands principes de l’homme que de juger les autres. Je suis le professeur, et c’est à moi de transmettre le savoir aux élèves.

J’avais enfin trouvé – du moins, je l’espérais – ma façon à moi de transmettre mes connaissances. Et bien, ça sortait un peu de l’ordinaire, mais je me sentais plus à l’aise de faire mes cours ainsi plutôt que d’une autre façon. Et puis, tout à fait entre nous, je trouvais ça beaucoup plus pédagogique et amusant que simplement faire mes cours, mes fiches à la main.

Je me grattais la tête, et repris mon voyage jusqu’à mon bureau. Radis était là. Il me fit savoir que mes costumes étaient rangés dans le placard. Il avait pris soin d’enlever les plis. Il me tendit une tasse de thé, me demandant si j’avais besoin d’une quelconque aide pour mettre en place le cours du lendemain matin. Je fis un signe négatif de la tête. J’avais besoin de réfléchir, seul, sur la mise en place de mes cours. Néanmoins, je le remerciais de vive voix de sa proposition, et que je n’hésiterais pas à faire appel à lui si j’en avais le besoin.

Je pris ma tasse et la théière encore fumante, et je me dirigeais vers ma salle de classe. Je dois dire que je n’avais pas tant de pas à faire que cela, puisque mon bureau était accolé à cette dite salle de classe. Je souris : Radis était vraiment attentionné, doux et gentil. Il avait pensé à mettre mes notes de cours sur mon bureau. Je m’assis à ma table, après avoir posé ce que j’avais dans les mains sur cette dite table. Je portais la tasse à mes lèvres et fis la grimace : trop chaud !

Je pris le temps de lire mes notes, ou du moins, de les relire ! Il ne me fallut pas plus de quelques minutes pour me remettre les idées en place. Oui, oui, oui, j’avais eu plusieurs idées pour rendre ce cours plus attrayant. L’époque moderne n’était pas forcément la plus facile à comprendre, et les premières et deuxièmes années étaient encore très jeunes. Je savais que les jeunes – bon, les plus vieux aussi – avaient du mal à rester concentré longtemps. Il fallait donc que je rende le tout attrayant, tout en leur permettant de retenir une partie du cours durant les heures d’Histoire de la Magie.

Bon. Il était temps de la répétition générale.
J’installais plusieurs mannequins derrière les tables. Ils feront les élèves. Je n’en avais pas sous la main, et très honnêtement, je n’étais pas sûr que je trouverais des étudiants qui seraient prêts à venir m’aider à répéter un soir, à vingt-et-une heures vingt-cinq.
La première partie de l’année sera concentrée sur les relations entre les royaumes en Europe occidentale entre le XVème et le XVIIIème siècle. Pour les premières années. Pour les deuxièmes années, nous attaquerons avec la politique du royaume de France sur cette même période. J’avoue que, dit comme ça, ces cours semblaient vraiment très ennuyeux. Alors que, pas du tout ! Quel personnage prendrait plaisir à raconter toutes ces histoires ?

Je grommelais. J’aurais du demander à mon petit frère quand j’en avais eu l’occasion. Je n’avais aucune idée de ce qui intéressait les jeunes de son âge. Que faire ? Alors que je tournais, tel un lion en cage, mon regard se posa vers la porte entrouverte de la salle de classe. Je ne l’avais pas fermé lorsque j’étais revenu. Et une ombre – humaine, me semble-t-il – n’était pas censé se trouver là. Mais je ne pouvais guère voir mieux. Je pris donc le loisir de prendre la parole. Ma voix était avenante et enjouée :

« Bonsoir, jeune personne se trouvant derrière la porte de la salle de classe.
Que puis-je pour toi ce soir ? »


Qui es-tu ?

A-Lice | Never-Utopia





"Nothing in life can't be improved by a cup of tea." de Pamona Falk, élève à Serpentard.


Dernière édition par Alouarn Grimgorson le Jeu 5 Avr 2018 - 16:10, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tom Trelawney
avatar

Afficher infos

Messages : 83
Date d'inscription : 16/04/2016
Âge : 17

Dossier
Statut Statut: 3ème année, Serdaigle
Argent Argent: 200 gallions
Points Points: 80

MessageSujet: Re: Le théâtre, c’est la poésie qui sort du livre pour descendre dans la rue ! (PV Tom)   Lun 26 Mar 2018 - 13:54
Je n'avais guère de choses à faire en cette soirée de Décembre. Le soleil était tombé depuis un moment alors que je mangeais en compagnie d'autres élèves de troisième année. Plus le temps passait, plus je me faisais d'amis. Poudlard me réussissait de mieux en mieux et je m'en félicitais. J'avais su prendre mon courage à deux mains pour me socialiser. Bien sûr cela ne s'était pas fait en une journée et bien des personnes m'avaient aidé à sortir de cette solitude. Les paroles et les rires se diffusant dans la Grande Salle me firent chaud au cœur, voir des gens heureux me rendait heureux à mon tour.

Alors que j'étais dans mes pensées, je surpris le professeur Grimgorson marcher dans le hall. Il n'était pas venu depuis le début de l'année pour des raisons qui m'étaient inconnues. L'histoire de la magie ne m'avait toujours passionné et je devais avouer que ce professeur avait une méthode de travail qui rendait le tout beaucoup plus attrayant. C'était d'ailleurs pour cela que j'arrivais à avoir un bon niveau dans cette matière. On disait qu'écouter le cours représentait 90% de l'apprentissage, apprendre le cours de Monsieur Grimgorson était donc relativement simple. L'histoire de la France en seconde année avait capté mon attention comme peu de cours le peuvent. Le retour du professeur ne pouvait alors qu'être une excellente nouvelle.

Monsieur Grimgorson finit par sortir de la Grande Salle, seul. L'envie prit le dessus sur le raisonnable. Je me levai, sortit à mon tour et commençai à marcher sur les pas de l'individu aux cheveux rougeoyants. Il se dirigea alors vers sa salle de cours, au premier étage et y entra. J'allais abandonner ma filature, qui n'avait aucun but particulier, lorsque j'aperçus la porte rester entrouverte. Cela ressemblait bien au professeur d'oublier ce genre de chose. Je m'approchai alors de l’entrebâillement de la porte et observai la mise en place de la salle. Il se faisait tard, très tard même et pourtant j'étais là, à espionner un professeur. Je ne regardais plus vraiment l'intérieur de la salle, occupé à penser aux conséquences de mes actes lorsqu'une voix retentit. La voix du professeur Grimgorson. Je n'avais apparemment pas été assez discret, mais il n'avait pas l'air énervé, au contraire.

Je poussai donc la porte qui tourna sur ses gonds en un léger grincement et balbutiai pour le professeur :

- Euh désolé monsieur, cela fait tellement longtemps que je ne vous avais pas vu. Je n'ai pas pu m'empêcher de voir ce que vous faisiez.

J'étais très hésitant quant à la situation qui se présentait face à moi. Je ne savais pas si je ferais mieux de fuir ou d'engager la conversation. De toute manière, l'adulte m'avait sûrement reconnu étant donné que je suis un de ses meilleurs élèves de mon année. Alors autant faire la discussion, même si cela ne me ressemblait pas :

- Dites, vous allez refaire cours n'est-ce pas ? C'est pour cela toute cette installation ?

Je priais pour que le professeur prenne ma présence comme un point positif, après tout, il ne m'avait jamais détester, au contraire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alouarn Grimgorson
avatar
Professeur de l'Histoire de la Magie

Afficher infos

Messages : 779
Date d'inscription : 19/07/2015
Âge : 36

Dossier
Statut Statut: Professeur d'Histoire de la Magie
Argent Argent: 7164 gallions
Points Points: 1675

MessageSujet: Re: Le théâtre, c’est la poésie qui sort du livre pour descendre dans la rue ! (PV Tom)   Lun 26 Mar 2018 - 18:51



Le théâtre, c’est la poésie qui sort du livre pour descendre dans la rue !

feat. Tom Trelawney



« La magie n’opère que si l’on veut bien consentir à se laisser emporter par Elle. »
J.R.R. Tolkien.

Mon sourire s’agrandit en reconnaissant mon interlocuteur. Je répondis donc sur le même ton avenant et enjoué que précédemment, un sourire sur les lèvres, et les yeux pétillants de malice :

« Oh, monsieur Trelawney ! Quelle heureuse surprise ! »

Je fis mine d’être courroucé par l’heure à laquelle il se présentait à ma salle de classe :

« Il se fait bien tard pour trainer de la sorte dans les couloirs. N’avez-vous point peur de vous faire attraper après le couvre-feu ? »

Mais cette sérieuse mine disparue bien vite, laissant place à nouveau à une malicieuse et légère humeur :

« Mais qui serais-je pour vous punir d’un tel affront ?
J’ai été jeune avant vous, et braver quelques interdits a toujours fait parti des mœurs des étudiants de cette école. Je ne peux donc vous en tenir rigueur ! »


Quelques secondes de silence avant de reprendre :

« Vous comptez rester un moment ou bien d’autres occupations vous attendent ailleurs ?
Non pas que je veuille vous virer de ma salle de cours, mais nous serions tout de même plus confortablement installés si nous allons nous asseoir dans mon bureau, plutôt que de rester là, debout, dans les courants d’air. »


Je dois dire que j’étais plutôt heureux que les pas de monsieur Trelawney l’aient conduit jusqu’à ma salle de cours. Linus disait souvent que je n’étais pas fait pour vivre dans la solitude. Et je dois avouer que parler avec un étudiant aussi poli et intéressé par l’Histoire, cela me donnait un peu de courage pour affronter les jours à venir.

« Pour répondre à vos interrogations, oui, je suis revenu faire cours. Ma santé ne me permettait pas d’être présent en début d’année, et nous allons avoir pas mal de boulot à rattraper. Mea culpa. »

Je poursuivis avec un petit clin d’œil :

« Vous ne vous débarrasserez malheureusement pas de moi aussi facilement, monsieur Trelawney. J’en ai bien peur. Je ne sais pas si c’est une bonne ou une mauvaise nouvelle pour tes camarades et toi, mais il va falloir que vous fassiez avec. »

Je jetais un petit coup d’œil aux mannequins dispersés dans la salle :

« A dire vrai, ils ne seront pas là demain. Je les ai ainsi disposés pour pouvoir m’entrainer une dernière fois avant demain, jour de la reprise des cours d’Histoire de la Magie. Mais… je dois avouer que je manque un peu de courage. »

Je fis une drôle de grimace. Joshua, mon petit frère, aurait certainement commenté cette grimace. Il nous arrivait souvent de faire des concours de grimaces… Enfin, ces derniers temps, il était rentré dans une phase où il contredisait tout le monde. Papa et maman disaient que c’était l’adolescence. Nous nous étions disputés la dernière fois qu’on s’était vu. Depuis, il avait réintégré Serdaigle, et nous ne nous étions plus parlés. Papa m’assure que ça lui passera. Il n’est qu’en deuxième année, mais il sait déjà ce qu’il veut et quand il le veut.

Je secouais vivement la tête. Chaque chose en son temps.

« Puisque vous êtes là, pourrais-je vous demander un service ?
Il se trouve qu’un problème me taraude l’esprit, et je ne sais quelle solution apporter à cette dite question. J’aurais bien aimé posé la question à mon petit frère… mais différents éléments ne me permettent pas de le faire avant la reprise des cours.
Comme vous êtes un jeune, sans doute que vous pourriez m’aider à trouver une résolution à cette énigme qui me préoccupe tant. »


Ma tête se pencha à droite puis à gauche, puis continua inlassablement ses va-et-vient pendant quelques secondes. Je repris, sur un ton protecteur : chaque élève mériterait qu’on le protège, même si parfois nos caractères entraient en confrontation. C’est ainsi que la vie fonctionne.

« Mais… Je parle, je parle. Et à la vue de l’heure et l’étrange situation dans laquelle je vous ai mise, je comprendrais que vous ayez mieux à faire ailleurs.
Si vous souhaitez retourner dans les quartiers de votre maison, je ne vous en tiendrais pas rigueur et je comprendrais tout à fait votre point de vue. Je vous accompagnerais jusqu’à la porte d’entrée de votre salle commune, pour vous éviter tout ennui avec les préfets et autres fantômes qui débutent certainement leur ronde à cette heure-ci. »


Qui es-tu ?

A-Lice | Never-Utopia





"Nothing in life can't be improved by a cup of tea." de Pamona Falk, élève à Serpentard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tom Trelawney
avatar

Afficher infos

Messages : 83
Date d'inscription : 16/04/2016
Âge : 17

Dossier
Statut Statut: 3ème année, Serdaigle
Argent Argent: 200 gallions
Points Points: 80

MessageSujet: Re: Le théâtre, c’est la poésie qui sort du livre pour descendre dans la rue ! (PV Tom)   Dim 13 Mai 2018 - 22:50
Monsieur Alouarn avait eu des problèmes de santé apparemment. Mais vue la vitesse à laquelle il déblatérait, c'était signe qu'il allait bien. Il avait toujours parlé beaucoup et vite, c'était d'ailleurs ce dont certains élèves se plaignaient. Je n'avais jamais vu cela comme un défaut, juste un caractère qui le définissait.

- Ma foi, je pense rester encore si cela ne vous dérange pas. Je n'ai rien de prévu à part peut-être une insomnie, autant rester avec vous. Sur votre accord bien-sûr.

L'heure était même un avantage. En plein après-midi, n'importe quel élève aurait pu me voir seul avec le professeur et je savais très bien que les remarques auraient fusé. Au moins, à cette heure personne ne me verrait avec Monsieur Alouarn et c'était mieux comme ça. Et puis je ne pourrai pas me faire punir de tenir compagnie à un professeur qui, qui plus est, semble avoir besoin de mon aide.

Je fronçai un sourcil lorsque le professeur Grimgorson mentionna son petit frère. Je le connaissais, il était élève à Poudlard et était d'ailleurs dans ma maison. Les deux avaient l'air d'avoir été en désaccord. Tout ne se passait pas toujours bien dans les familles, je savais de quoi je parlais. Cependant, il ne fallait pas que le professeur s'inquiète pour l'heure à laquelle je rentrerai, ce n'était pas la première fois que je n'étais pas couché la nuit tombée.

- Ne vous inquiétez pas monsieur, je ne comptais pas m'endormir de sitôt. Si vous avez besoin de mon aide, de mon avis, je suis partant pour vous secourir. Enfin si je le peux. Vous savez, il n'y a pas eu de cours d'histoire de la magie depuis le début de l'année alors vu que vous êtes revenu, je vous dois bien cela. Certes je ratais des cours mais j'aurais préféré rater ceux de Madame Aaron, sans offense pour elle, plutôt pour sa matière.

Même si je devais avouer qu'elle me faisait peur quelques fois. Il fallait dire qu'elle n'était pas gâtée avec une matière comme la sienne, la transformation, non mais quelle idée farfelue.

Le fait que Monsieur Grimgorson reprenait du service et allait pouvoir assurer les cours d'histoire de la magie m'envoyait à ravir. J'allais enfin reprendre du plaisir à aller en cours le matin. Alors laisser le professeur seul avec ses soucis, jamais de la vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Afficher infos


MessageSujet: Re: Le théâtre, c’est la poésie qui sort du livre pour descendre dans la rue ! (PV Tom)   
Revenir en haut Aller en bas
 
Le théâtre, c’est la poésie qui sort du livre pour descendre dans la rue ! (PV Tom)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Argentine: ouverture d'un nouveau procès pour crimes de guerre lors de la dicta
» Le tonnerre gronde, la pluie tombe, j'en suis heureuse....[Légende Japonnais]
» SOS POUR NOUNOURS Border Collié (57) Sarrebourg
» Préval finira par partir avec ces scènes de pillage des magasins par des affamés
» Preval poursuivi pour GENOCIDE: $1.5 Milliards de dommages aux Victimes
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Premier Etage :: Cours d'Histoire de la Magie :: Bureau du professeur d'Histoire de la Magie-